Luc Guillaume

Luc Guillaume, le passionné

On ne dira jamais assez le bonheur de pouvoir combler son existence de sa passion. Le luxembourgeois Luc Guillaume a ce privilège. Itinéraire d’un homme gâté.

Monsieur, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Ma passion pour le bois remonte à bien loin. Dès l’âge de 7, 8 ans, j’ai été irrémédiablement attiré par le matériau et ai voulu en faire mon métier. A l’âge de 15 ans, quand il s’est agi de choisir ma formation, on m’a déconseillé ce secteur qui n’était pas du tout porteur à l’époque. En 5 minutes, mes rêves été brisés. Mais ce n’était pas la fin de l’histoire d’amour entre le bois et moi : il y a 32 ans, j’ai eu la chance d’intégrer la commune de Bascharage. Je suis depuis en charge de projets en lien avec le bois et petit à petit, au fil des années, j’ai constitué pour la commune, un atelier digne de ce nom nanti, entre autres, de machines pour travailler le bois. Mais comme c’est une passion, le soir venu, la première chose que je fais est de passer dans mon propre atelier (rires).

Dites-nous en plus !

Dans chacune des maisons où j’ai habité, j’ai aménagé un atelier qui me permet de m’adonner à ma passion. C’est comme une respiration, cela m’est indispensable. D’ailleurs grâce à toutes ces années de travail du bois, j’ai pu valider mes acquis par un certificat d’aptitude professionnelle en menuiserie. J’ai même une machine laser pour découper le bois. Pour la saint Valentin, j’ai ainsi offert à ma femme une fleur façonnée au laser (sourires). Ma grande fierté est que mon travail est reconnu dans mon pays. J’ai notamment fourni des stylos pour la Présidence du Conseil de l’Union européenne et le Ministère des affaires étrangères offre mes stylos à l’étranger.

Quels sont les objets que vous façonnez ?

Principalement des stylos, des stylos à plume, des moulins à poivre et ouvre-bouteilles. J’aimerais avoir le temps de créer de nouveaux objets mais la demande ne faiblit pas, ce qui me laisse peu de temps pour imaginer des nouveautés (sourires). J’associe parfois le bois (toujours de provenance européenne et pour certains produits, venant de notre Mullerthal) avec du titane ou du verre.

Quoiqu’il en soit, j’ai la chance d’exercer ma passion et il ne se passe pas un jour sans que je ne caresse le bois.