Valérie Mack-Calvisi avec nounours

Valérie Mack-Calvisi au pays des nounours

Au pays des nounours mais pas au pays des Bisounours ! Notre artiste Luxembourgeoise a les deux pieds bien sur terre, ce qui ne l’empêche aucunement de s’épanouir en donnant vie à de très beaux ours à admirer plutôt qu’à manipuler. Retour sur une coïncidence qui a fait mouche. Ou plutôt ours !

Valérie, pouvez-vous nous raconter comment les choses ont démarré ?

C’est de la faute de ma sœur (rires). C’était dans les années 2000. Je venais d’accoucher de mon premier enfant et partant pour une semaine seule sur la côte belge avec mon bébé, ma sœur a eu l‘idée de m’offrir un pot de pâte à tartiner mais également un ouvrage expliquant comment réaliser des ours sans machine à coudre.

Je dois dire que ce fut un coup de foudre. J’ai pris beaucoup de plaisir à en réaliser un qui fut le premier d’une longue série. J’ai continué le temps de mon congé maternité et depuis lors, cela reste toujours une activité qui - parfois me stresse tant la demande est plus importante que ce que je peux fournir -, mais qui reste passionnante.

Pouvons-nous dire que vous êtes comblée ?

Absolument ! J’ai une chance folle. Depuis 20 ans, le succès ne s’est pas démenti. Du reste, je collabore parfois avec certains artistes du Luxembourg. C’est d’ailleurs après avoir créé un panda pour l’artiste Jacques Schneider que j’ai été approchée par et pour le Wortshop.

J’ai également une clientèle régulière. On peut par exemple me demander un nounours « bachelor » à offrir en cadeau à une jeune étudiante fraichement diplômée ou une édition spéciale pour un départ en retraite. J’ai également une cliente qui collectionne les ValyBears et en possède une trentaine. Le secret du succès ? Le public ne s’y trompe pas : sans doute la qualité des tissus que je sélectionne scrupuleusement et l’amour du travail bien fait et, qui plus est, à la main.

Précédent

Villeroy & Boch, toujours en majesté

Villeroy & Boch, toujours en majesté

Suivant

Claire-Lise Backes, la lumineuse

Claire-Lise Backes, la lumineuse